Si nous étions dans l’univers de la gastronomie, l’expression “tombé dans la marmite dès l’enfance” serait assez fidèle à mon histoire.

Dans mon cas, c’est plutôt “atteindre le sommet, aller toujours plus haut”. Eh oui “grimper sur les toits” est dans mon ADN . C’est en effet Papa qui m’a donné le virus. Il exerçait le métier de couvreur zingueur en montant sur les toits vosgiens , où il se déplaçait léger comme un danseur.

Mais le déclic s’est véritablement fait le jour où j’ai eu l’opportunité de participer à des journées portes ouvertes dans la Maisons des Compagnons de Nancy. Oui c’était acquis je serai moi aussi couvreur zingueur.

J’entre en apprentissage en 2008 chez les Compagnons de Nancy.

Le Compagnonnage c’est non seulement une formidable école professionnelle et mais c’est surtout une école de la vie. Son inscription au Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO en Novembre 2010, est une jolie façon de porter à la face du monde la reconnaissance de la valeur du travail bien fait, par des hommes et des femmes ouverts au monde, qui ne cessent de se perfectionner dans le voyage, dans le partage, dans la transmission des compétences et des valeurs professionnelles , culturelles mais aussi des valeurs humaines de savoir être.

Après deux ans d’apprentissage, je suis adopté dans cette belle famille du Compagnonnage en 2010 et commence alors mon premier voyage celui du Tour de France. La première étape à Dunkerque me fera découvrir le Nord, puis ce sera la Bourgogne à Macon, la Saintonge à Saintes. Une entorse du coté de Salzbourg en Autriche, où je me perfectionne aussi en Allemand pour être plus à l’aise dans mes échanges avec les personnes dont je partage le quotidien. Puis c’est à Reims que je ferais mon travail de réception , “mon chef d’œuvre” pour devenir Compagnon. Ensuite traversée de la France pour rejoindre, la ville Rose Toulouse et à nouveau une étape hors frontières. Cette fois c’est le nord de l’Italie qui m’accueille dans la petite ville de Sterzing.

Depuis juin 2016, je suis formateur au sein de la maison de Compagnons de Lille. Je m’épanouis pleinement en transmettant les bases et la passion de mon métier aux jeunes qui ont choisi cette voie d’épanouissement et de réussite.

Aujourd’hui j’ai 24 ans et c’est l’heure d’un premier “bilan” de vie. Et pour moi c’est l’évidence, je veux continuer à travailler la matière de mes mains, poursuivre ma découverte des toitures du monde mais également me sentir utile auprès de mes condisciples.

C’est de ce bilan qu’est née l’idée de mon Tour du monde des toits.

Non ce n’est pas le projet fou d’un alpiniste en quête de records, ou encore celui d’un photographe.

C’est le voyage de ma vie d’homme passionné par mon métier mais aussi par la montagne.

Pour atteindre mon “Everest”, je vais parcourir le monde à bord d’un camping car qui fera étape dans des villes et des villages où j’offrirai mon savoir-faire de couvreur zingueur à des populations et association humanitaire qui œuvre à la construction d’école et autre bâtiments publique .

Alexandre Lepand